• Accueil
  •  
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      LIEU SANS LIMITES (CE)
    El Lugar sin Limites
    LIEU SANS LIMITES (CE) - film de Ripstein

    LIEU SANS LIMITES (CE)

    Réalisation : Arturo RIPSTEIN
    Scénario : 
    Arturo Ripstein
    Photos : 
    Miguel GARZON
    Musique : 
    Chansons populaires mexicaines
    Décors : 
    K. Stomatiades
    Production : 
    Conacite Dos, Francisco del Villar

    Comédiens : Roberto Cobo, Lucha Villa, Ana Martin

    1978 - Mexique - VO - 110 min
    Synopsis : 

    Cloîtré dans le bordel qu’il dirige, La Manuela, travesti farfelu, attend avec angoisse le retour de Pancho, le camionneur de ce village mexicain, qui lui a promis une correction lorsqu’il reviendra chez lui. La Manuela vit avec sa fille, La Japonesita, fruit d’une nuit d’amour avec La Japonesa, la mère-maquerelle locale. Pour acheter son camion, Pancho a emprunté de l’argent à Don Alejo, le cacique, propriétaire terrien et notable des lieux. Buveur et bagarreur, il ne l’a toujours pas remboursé. Don Alejo fait la pluie et le beau temps au village. L’existence du bordel municipal ne dépend que de lui. Le soir de son élection, il convie tous ses proches à venir y célébrer l’événement. Au cours de la nuit, La Manuela exécute un numéro de danseuse qui enchante et excite les invités. En raison de sa mauvaise réputation, Pancho ne récolte qu’humiliation et mépris. Il rumine sa vengeance. Quelques jours plus tard, Pancho et Octavio, son beau-frère, qui est parvenu à le convaincre de régler sa dette, rôdent autour de la maison close. La Manuela a préféré se cacher. Bien entendu, Pancho le recherche. La Japonesita a beau lui affirmer qu’il n’est pas là, le camionneur n’en croit rien et s’en prend à la fille du travesti. La Manuela, qui observe la scène depuis le début, intervient alors. Vêtu de son costume rouge de danseuse, il lui fait son numéro de danse et tente de le charmer. Pancho, quelque peu éméché, se laisse d’abord séduire, mais finit par retrouver ses esprits. Sa réaction est violente. En pleine nuit, Pancho et Octavio poursuivent l’infortuné travesti. Ils le rattrapent, non loin de la propriété de Don Alejo, et le battent à mort. Au petit matin, au bordel, La Japonesita attend toujours le retour de son père.



     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •